Err

LE FUSIL Mle 1874 ET SES DÉRIVÉS

(Code: 1957)
Shopping Satisfaction
50,00 €
Ajouter au Panier

Après six mois de combats acharnés, les armées françaises doivent en 1871 déposer les armes face à la Confédération Germanique. Ce n’est pourtant pas le courage qui a manqué aux soldats français, ils se sont battus avec acharnement mais l’organisation des troupes n’était pas à la hauteur tandis que certains chefs militaires ou politiques ont failli à leur devoir. L’Allemagne, unifiée au sein d’un nouvel empire ne tarde pas à démontrer son but de rester maître de l’Europe occidentale. Dès 1871, elle adopte un nouveau fusil tirant une cartouche métallique. La France, animée par un esprit de revanche réagit rapidement et elle va moderniser le Chassepot dont la valeur balistique est incontestable. C’est ainsi qu’on développe le fusil Gras adopté en 1874 ; on le fabrique rapidement en grande quantité. Il peut être construit neuf ou résulter de la modernisation du fusil Mle 1866. Nous vous invitons à découvrir ce que furent les essais, puis la réalisation du nouveau fusil, ainsi que toutes les tentatives effectuées pour le moderniser avec des dizaines de prototypes de fusils à répétition jusqu’à l’adoption des fusils 1878, 1884 et 1885 également décrits dans ce livre. La plupart d’entre eux n’ont à ce jour jamais été présentés ce qui fait de cet ouvrage la publication la plus complète qui puisse exister sur le sujet. Nous y avons ajouté une description des baïonnettes (y compris les modèles d’essai), les accessoires, l’outillage d’entretien, les munitions. Tous ces éléments font aujourd’hui du fusil Gras, un thème de collection passionnant. Mais face à la modernisation des nouveaux armements, en particulier avec la réduction de calibre et la poudre sans fumée, il a dû laisser la place au fusil Lebel. L’histoire du fusil Gras est intimement liée aux campagnes coloniales de la France à la fin du XIXe siècle, que ce soit au Tonkin, à Madagascar ou en Afrique. Bien que dépassé techniquement, il reprend du service en 1914 et on le retrouve encore en 1939-40. Les tireurs n’ont pas été oubliés et ils pourront aussi trouver dans ces pages de quoi satisfaire leur curiosité. Au travers de ses 336 pages, plus de 1 000 photos en couleur et plans illustrent ce livre et en font un document exceptionnel pour tous les collectionneurs et amateurs d’histoire.




Ouvrage relié avec couverture cartonnée

336 pages et plus de 1 000 photos couleurs et illustrations.

Prix  50 euros (plus les frais de port).

Tirage limité à 650 exemplaires.

http://www.editionsdubrevail.com

Avis clients
Shopping Satisfaction
 5/5
Bel ouvrage bien documenté. Tout petit bémol : beaucoup de photos un peu trop sombres,empêchant de voir certains détails intéressants. Peut être dues à l imprimeur..
Jean Paul K.
Shopping Satisfaction
 5/5
Très bonne transaction je recommande vivement merci cordialement .
Julien V.
Shopping Satisfaction
 5/5
Trés bel ouvrage.Une réfèrence dans ce domaine. Sérieusement documenté, beaucoup de recherches et de détails. Je recommande vivement les livres de cette édition.
GUY B.
Shopping Satisfaction
 5/5
Qualité de l'ouvrage parfaite.
Pierre G.
Shopping Satisfaction
 5/5
Superbe!
Vincent V.
Shopping Satisfaction
 5/5
Fruit d'un travail exceptionnel de recherches. Pour moi qui pensais bien connaitre ce modèle, à la lecture de cet ouvrage je suis redescendu en culotes courtes!!
Mes très vives félicitations à l'auteur Mr Jean HUON pour son travail de recherche et la mise en pages de ce formidable volume.
Thierry B.
Shopping Satisfaction
 5/5
Le livre sur le chassepot est superbe , celui ci parfaitement documenté et très complet. Excellente documentation. Bravo.
Eric J.
Shopping Satisfaction
 5/5
Très complet beau travail.
Alain w.
Shopping Satisfaction
 5/5
"Beau livre" dont le contenu semble des plus intéressant au vu de la table des matière (pas encore eu le temps de le lire, seulement parcouru rapidement), et si il est, comme c'est probable, du même niveau que son prédécesseur sur le Chassepot.
Alain C.
Shopping Satisfaction
 5/5
Très bel ouvrage que je me réjouis de dévorer !
Daniel R.